Culture, Technologie, Commercialisation | Un équilibre essentiel

Il suffit de l’absence d’un seul ingrédient important pour gâcher tout le goût et la qualité recherchés d’une savoureuse recette. Il en va de même que pour une organisation; l’absence d’un seul élément important peut à lui seul affaiblir le résultat dans son ensemble

Le réflexe très souvent observé que certains mettent de l’avant pour améliorer leur performance consiste à concentrer leurs efforts sur leurs forces ou leurs compétences principales, ce qui est tout naturel. Par exemple, pour une entreprise experte en technologie de pointe, celle-ci misera sur le développement de nouvelles technologies encore plus performantes. D’autres voudront élargir encore plus leur réseau de distribution, et ainsi de suite.

De nos jours, face à une économie beaucoup plus complexe et à des défis plus variés, « le juste équilibre » entre diverses forces est possiblement la meilleure stratégie à adopter.  

Culture – Technologie – Commercialisation

La culture organisationnelle 

Inutile de se le cacher, la pression sur les entreprises est extrêmement forte présentement. Les gens désirent travailler pour une organisation conforme à leurs valeurs. La frontière entre la vie privée et le travail n’existe plus et les gens recherchent la même qualité dans tous les aspects de leur vie.

C’est là un tout nouveau défi pour les employeurs et plusieurs peinent à y répondre. Comment déployer une culture inspirante pour mes employés et mes collaborateurs? Comment fait-on pour créer un environnement de travail adéquat ?

C’est à ce moment que par manque d’expérience ou d’information, plusieurs tombent dans le cliché de la « table de babyfoot ».

Il n’y a pas si longtemps, une entreprise pouvait choisir de meubler un espace d’équipement, de murs et d’employés, tout simplement. Aujourd’hui, les gens recherchent un milieu de vie et pour attirer et retenir les meilleurs talents, il faut répondre à cette exigence.

Pour le consommateur, la réputation de l’organisation est désormais un critère non négociable. Nous n’avons qu’à penser aux mésaventures de United Airlines, Facebook/Cambridge Analytica et Volkswagen. 

L’avancement technologique

Trois axes sont principalement à l’étude pour évaluer l’impact d’une nouvelle technologie. Prenons donc l’exemple d’une « vague » afin de représenter le sujet.

– l’axe X est la longueur de la vague, soit l’équivalent du nombre de secteurs d’activités touchés par la technologie. Plus il y a de secteurs touchés et plus l’impact sur l’économie est important

– l’axe Z est la hauteur de la vague, soit l’équivalent de la quantité d’opportunités ($$) générées par cette technologie.

– L’axe Y est la vitesse avec laquelle la vague ou la technologie se déplace vers nous!

De nos jours, contrairement au passé, les vagues technologiques sont gigantesques, très rapides et multiples. Elles affectent un nombre important de secteurs d’activités à la fois, n’épargnant pratiquement aucun type d’entreprise. 

  • Un étude PWC 2017 mentionne que l’intelligence artificielle contribuerait à la hauteur de 15,7 trillions $ à l’économie mondiale en 2030, soit plus que la Chine le l’Inde réunies.  

Afin de rester compétitives, les entreprises n’ont d’autre choix que d’intégrer rapidement ces technologies au sein de leurs produits et services, de leurs opérations et de leurs procédés internes. Cela touche les compétences, les fonctions et l’ensemble de la structure organisationnelle.

C’est à ce moment qu’une culture organisationnelle forte et innovante soutient l’intégration de ces nouveautés. À défaut de le faire, le changement sera très difficile, voire impossible à réaliser.

L’importance de la commercialisation

Les marchés sont turbulents et volatiles, le cycle de vie des produits raccourcit et le rythme de consommation est devenu tellement rapide qu’il est difficile de suivre la cadence.

C’est un euphémisme de dire que commercer n’est plus aussi facile qu’auparavant. Les critères de valeurs des consommateurs changent au rythme de la société, qui de son côté est en perpétuel mouvement. 

Alors que depuis longtemps, les dirigeants se sont plutôt préoccupé des opérations à l’interne, ils sont maintenant invités à consacrer 80 % de leur temps à l’extérieur de l’entreprise afin d’observer les mouvances des marchés cibles et d’en prendre le pouls.

Offrir le meilleur produit dans l’absolu n’est plus garant du succès commercial. Un mauvais positionnement, une mauvaise perception des attentes, une expérience client insuffisante et une proposition de valeur mal adaptée au contexte feront que personne n’y portera attention, malheureusement. Juicero en est un exemple frappant.

Équilibre et stratégie

En résumé, il serait préjudiciable de retirer un des éléments de cette équation si on vise une prospérité enviable.

Ces assises ne sont pas une révolution en soi; ils forment depuis longtemps la base des meilleures pratiques. Toutefois, dans une économie devenue complexe et turbulente, maintenir l’équilibre entre votre culture organisationnelle, l’intégration des technologies émergentes et une commercialisation plus raffinée, devient plus pertinent et stratégique que de tenter de se démarquer sur un seul front!

Bien sûr, tout le défi est là!

Michel Landry, président L.Tech Solution

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>